Quelle est la procédure pour installer un poêle à bois ?

À bûches ou à granulés, le poêle à bois séduit les particuliers à la recherche d’un système de chauffage design, confortable, écologique et économique. Que vous choisissiez l’installation d’un poêle à bois par un installateur agrée ou la mise en place de l’appareil par vos soins, une procédure est à respecter.
Quelles sont les étapes d’installation d’un poêle à bois ? Suivez nos conseils pour des travaux en toute sérénité. Attention, dans le cas d’un remplacement d’une cheminée, la méthode diffère.

Choisir le modèle de poêle à bois

Avant l’installation de votre poêle à bois, il faut d’abord faire le choix parmi de nombreux modèles. Le choix varie en fonction du :

  • Type de combustibles : poêles à bois ou cheminées à bûches, à granulés ou pellets.
  • Rendement de l’appareil et le choix de la puissance du poêle : chauffage d’appoint d’une pièce ou chauffage de toute la maison.
  • Type de matériau : acier, fonte, faïence…
  • Choix du design : poêle à bois rond, suspendu ou d’angle, type insert de cheminée…

Autre élément à prendre en compte le prix de l’appareil. Évaluez en amont le budget que vous avez pour votre projet et faites établir des devis.

Déterminer l’emplacement de l’appareil

Potentiellement, partout, si tant est que les conduits de raccordement et d’évacuation des fumées soient faciles à mettre en oeuvre et respectent une installation soumise à des normes de sécurité.
L’emplacement du poêle est essentiel, mais aussi stratégique. Privilégier une pièce centrale de la maison pour optimiser la diffusion de la chaleur de l’appareil.
Au milieu de la pièce, contre un mur, il est primordial de l’installer dans le sens de la circulation de l’air.
Veiller à laisser un espace entre le poêle et le mur et le sol, surtout si le sol est en bois. L’installateur professionnel que vous aurez choisi vous délivrera ses conseils.

Créer une arrivée d’air supplémentaire

Un poêle à bois a besoin d’un apport en oxygène pour assurer une combustion optimale et éviter le refoulement de la fumée. La pièce chauffée doit être bien aérée et d’un volume suffisant.
Vous pouvez faire le choix d’un modèle de poêle à bois étanche, mais le prix est plus élevé.
L’installateur a 3 solutions qui amélioreront le tirage :

  • Augmenter le diamètre des entrées d’air existantes dans la pièce.
  • Créer une arrivée d’air indirecte : ouverture protégée par une grille sur le mur près du poêle.
  • Créer une arrivée directe d’air extérieur relié au poêle par un tubage étanche : système recommandé pour poêle à granulés.

Protection et installation de la zone de travaux

Le professionnel protège le sol durant les travaux pour éviter toute dégradation.
Le sol doit être plan et capable de supporter le poids du poêle à bois. Si le sol est fragile et combustible (parquet), le professionnel installe une plaque de sol. En verre ou acier, elle protège des cendres. L’entretien est aussi facilité.
L’installateur prépare le mur près duquel sera posé le poêle à bois ou la cheminée. Dans le cas du poêle à bois, mise en place d’une protection murale, sécurité anti-feux, en acier ou aluminium. Ce système, non obligatoire si la distance est respectée, permet l’isolation du mur et évite le rayonnement de la chaleur sur la paroi.

Mise en place des conduits

Pour l’installation des conduits, l’installateur peut soit créer un conduit s’il n’existe pas, soit adapter un conduit existant avec un tubage et une isolation spécifiques au modèle de poêle.
Dans le cas d’une création de conduits, les étapes sont :

  1. La pose du conduit de raccordement dans la maison : tubage qui va du poêle au plafond ou du poêle au mur et permet l’évacuation de la fumée.
  2. La pose du conduit des fumées : tubage du plafond à la sortie de toit ou sur le mur en cas d’évacuation de la fumée en façade.
  3. L’installation du T de décentrage pour le poêle à granulés : collecte des résidus combustion et entretien facilité du conduit.
  4. L’installation de la sortie de toiture : cheminée de 40 à 120 cm au-dessus du faîtage, la dimension dépendant du type de toit.
  5. Isolation des traversées de planchers.

Pour une sécurité optimale, les conduits de fumées respectent la norme NF DTU 24.1 : respect de la hauteur au-dessus du faîtage de la maison et respect de la distance de sécurité avec les éléments combustibles.

Installation du poêle à bois et raccordement de l’appareil

Le poêle à bois est positionné sur la plaque de protection du sol et connecté au conduit de raccordement.
L’installateur veille aux distances de sécurité en fonction de la conception du poêle, du type de conduit (isolé ou doublé) et de son diamètre. Il s’agit de l’élément de l’appareil dont la température est la plus chaude. Généralement, la distance entre le poêle à bois et le mur se situe entre 30 et 50 cm.
En fonction de la situation du conduit de fumées, plafond ou mur, le raccordement du poêle se fait sur le dessus ou l’arrière de l’appareil.

Pour l’installation d’un poêle à bois par un professionnel, comptez une demi-journée de travaux avec un conduit existant, et une journée avec création des conduits.
N’hésitez pas à contacter un installateur certifié RGE Qualibois pour bénéficier des aides de l’état et de travaux de qualité.